Rechercher

Bois des champs ou bois des villes ? L’air ambiant ou l’air du temps ?

Bois brut sans trop d‘artifice avec une pointe d’originalité puisqu’il est nu, sculpté et désincarné d’une partie de son écorce, il reste simplement à l’écoute de l’air ambiant, conscient du temps qui passe. Mais il cherche des activités qui lui plaisent pour continuer à résister au torrent de la vie et du temps. Il a la prétention de réaliser ses intentions.



Il mute, se transforme en bois des villes.

Il se grime pour être dans l’air du temps, se cache derrière un masque de couleurs vives à la limite de la bienséance. Mais il s’exprime, il cultive sa régénération culturelle en essayant de profiter à fond du temps qui reste. Mettre de la couleur dans la grisaille et rire aux choses de la vie qui mettent du baume aux cœurs.

La comédie de l’art lui permet d’aller plus loin dans ses retranchements sans pour autant en maîtriser les limites.









11 vues